La fabrication des e-liquide répondent elles à des normes strictes ?

Pour fabriquer des liquides pour cigarettes électroniques ou e-liquides, il ne suffit pas uniquement de mélanger une solution comportant des arômes concentrés et en y intégrant tous les composants de base ! L’e-liquide relève bien évidemment d’un principe de création étudiée de manière approfondie et qui doit à tout prix répondre à des normes strictes qui encadrent les liquides de cigarettes électroniques.

La fabrication des e-liquides doit répondre à certaines normes AFNOR

En 2015, l’Association Française de la Normalisation (AFNOR) a mis en vigueur des normes et des exigences de contrôle des cigarettes électroniques y compris les e-liquides afin que les fabricants puissent renforcer davantage la confiance des consommateurs potentiels, soit les normes XP D90-300-1 pour les cigarettes électroniques et les normes XP D90-300-2 pour les e-liquides. En mettant en vigueur ces normes, le but d’AFNOR est de sensibiliser les fabricants à ne produire que des produits authentiques et de très bonnes qualités comme ceux proposés par Le petit Vapoteur, qui ne décevront jamais les clients. Donc, pour entrer dans les détails, les normes XP D90-300-2 pour les e-liquides insistent surtout sur les des produits autorisés et interdits pour la fabrication des liquides de cigarettes électroniques, sans oublier les exigences en ce qui concerne la qualité de chaque ingrédient utilisé : qualité pharmaceutique (propylène glycol, glycérine végétale, nicotine et eau), qualité alimentaire (arômes et alcool). Qui plus est, ces normes inciteront également les fabricants à informer les principaux consommateurs d’e-cigarettes sur les ingrédients utilisés pour tel ou tel flacon d’e-liquide. Donc, avant de procéder à la fabrication de ces liquides pour cigarettes électroniques, les fabricants sont dans l’obligation de se procurer des normes qui encadrent ce genre de produit sur le site officiel de l’AFNOR. Puis, si jamais ces fabricants utilisent de manière abusive ces normes AFNOR, le code de la consommation se porte le droit de les sanctionner, car ce genre de pratique est considérée étant de la pratique commerciale trompeuse. La sanction peut aller jusqu’à 37 500 € pour une personne physique et 187 500 € pour une personne morale.

La fabrication des e-liquides selon la norme ISO 8317

Comme les autres produits commerciaux, la cigarette électronique est également concernée par les normes ISO. En ce qui concerne la production de liquides, ce genre de pratique doit à tout prix se mettre en conformité avec la norme ISO 8317. Donc, selon cette norme faisant partie des 21 000 normes ISO, il est obligatoire de toujours opter pour des procédés d’essais dans l’objectif de vérifier si les flacons des e-liquides sont elles vraiment résistants ou non à l’ouverture par les enfants. En principe, la norme ISO 8317 concerne particulièrement les emballages ou plus précisément les flacons des liquides pour cigarette électronique. Ce n’est donc pas une norme permettant de déterminer l’assurance de la qualité. Les fabricants doivent donc faire en sorte que les emballages utilisés limitent au maximum l’accès par l’enfant. C’est parce que le contenu des flacons d’e-liquide est exclusivement destiné aux adultes.

La fabrication des e-liquides selon la norme ISO 9001

Hormis les normes déjà citées précédemment, la fabrication des liquides pour cigarettes électroniques est également encadrée par la norme ISO 9001, une norme qui insiste particulièrement sur la qualité des ingrédients utilisés (à l’instar des normes AFNOR), les étapes de fabrication ainsi que les démarches qualité instaurées par les fabricants. Concrètement, cette norme ISO met surtout de l’accent sur un panel de principes de management de qualité afin que les fabricants puissent faire en sorte que les clients obtiennent des produits de bonne qualité et qui ne présentent aucun danger sur leur état de santé. En plus de cela, selon la norme ISO 9001, les fabricants d’e-liquides doivent également contribuer à la préservation de l’environnement. Bref, cette norme est bien évidemment utilisée pour certification, donc pas obligatoire.