Effets du vapotage sur les voies aériennes supérieures, nez et gorge

S’accommodant de nombreux avantages considérables, essentiellement pour les fumeurs qui désirent arrêter la cigarette conventionnelle, la cigarette électronique ou vapoteuse ou e-cigarette ne présente (jusqu’à aujourd’hui) aucun risque considérable pour la santé. Cependant, les recherches concernant les effets de ce dispositif restent encore à mener. Du coup, il est difficile d’affirmer si la vapoteuse est vraiment sans danger ou pas. Mais selon ses principaux utilisateurs, l’aérosol émis par les cigarettes électroniques peut avoir des effets sur le corps y compris les voies aériennes supérieures.

Le vapotage et les voies aériennes supérieures

Même si la recherche des effets secondaires de la cigarette électronique sur la santé est encore en plein développement, on constate que l’inhalation de l’aérosol généré par les vapoteuses peuvent provoquer facilement des effets du genre : irritation et sécheresse de la bouche et de la gorge, irritation ou brulure au niveau de la gorge, et ainsi de suite. À vrai dire, ce sont surement la nicotine ainsi que les propriétés desséchantes du propylène glycol et de la glycérine végétale provoquent ces sensations indésirables.

Lorsqu’on vapote de la cigarette électronique avec une dose plus ou moins importante de nicotine, la vapeur émise par l’e-cigarette provoque directement un HIT une fois arrivé dans l’arrière-gorge. Il s’agit ici d’une sensation très similaire à celle de la fumée des cigarettes habituelles. Donc, plus la quantité de nicotine dans l’e-liquide est important, plus la sensation de picotement dans l’arrière-gorge se fera sentir. Idem lorsque la vapeur inhalée est trop dense ou trop chaude.

Par ailleurs, on constate que chez certaines personnes qui ont décidé d’abandonner le tabac pour ensuite passer à la cigarette électronique, la toux s’apaise immédiatement alors que chez d’autres, elle s’accentue davantage. À ce qui parait, durant les premières semaines de transition vers l’e-cigarette, les bronches des anciens fumeurs retrouvent petit à petit leur sensibilité. Et en même temps, elles se libèrent des cumuls de sécrétions causés par la prise de cigarette conventionnelle. C’est ce qui explique donc pourquoi certains ex-fumeurs toussent durant les premières semaines de transition de la cigarette classique à la cigarette électronique.

En arrêtant la cigarette conventionnelle, les utilisateurs d’e-cigarettes, toujours durant la phase de transition, peuvent réoptimiser leurs capacités gustatives parce que le tabac ne va plus du tout déstabiliser les papilles gustatives de la langue. C’est aussi le cas en ce qui concerne leurs capacités de l’odorat, car l’arrêt du tabac contribue efficacement à l’amélioration des cellules olfactives d’un individu, des cellules se trouvant à la partie supérieure de ses cavités nasales. Bien sûr, il n’existe pas encore d’études prouvant tout cela, faute de recul, mais certains vapoteurs affirment avoir retrouvé l’odorat et la sensibilité gustative lors de la transition à la vapoteuse.

Le vapotage peut également avoir des effets sur le cœur

La consommation de cigarette accentue considérablement les risques cardiovasculaires comme l’accident vasculaire cérébral ou AVC, l’infarctus, l’athérosclérose, et ainsi de suite… Par contre, les effets des cigarettes électroniques sur le cœur sont particulièrement moindres. Et même si certains e-liquide comportent une dose variée de nicotine, cette dernière n’a bien évidemment pas d’impact sur le cœur. Ce qui met en danger cet organe, c’est sans aucun doute le monoxyde de carbone (CO) ainsi que les goudrons dus à la combustion des cigarettes classiques. L’e-cigarette n’est pas combustible, donc sans danger ! Jusqu’à aujourd’hui, on attend encore des études complémentaires mettant en tout état de cause les impacts des vapoteuses sur le cœur. Et même s’il en existe, les impacts devraient être considérablement minimes que ceux des cigarettes papiers.

Idem pour ce qui est du cerveau

Pour les vapoteurs débutants, la cigarette électronique peut parfois provoquer un léger mal de tête voire même des nausées, notamment lorsque la dose de nicotine présente dans l’e-liquide est excessive. Ces symptômes peuvent également apparaitre en cas de sevrage de nicotine. Et comme l’aérosol émis par l’e-cigarette ne renferme pas de CO, le vapotage n’a donc pas d’effet sur l’oxygénation cérébrale. Le principal risque intrinsèque de la cigarette électronique sur le cerveau et celui de l’addiction à la nicotine. À part ça, ce dispositif électronique est particulièrement inoffensif cérébralement parlant, contrairement au tabagisme.