Effets du vapotage sur le cœur et le cerveau

Si les reculs ainsi que les études sur les conséquences à long terme de l’e-cigarette manquent encore, il parait néanmoins qu’elle est considérablement moins toxique que le tabac. De plus, les e-liquides ne contiennent aucune substance cancérigène. C’est sans conteste la raison pour laquelle la cigarette électronique est plébiscitée pour aider les fumeurs qui désirent réussir leurs démarches de sevrage tabagique. En ce qui concerne les effets du vapotage sur le cœur et le cerveau, des études sont encore attendues, mais en tout état de cause, s’il en existe, les risques pourraient être plus faibles que ceux des cigarettes combustibles.

Les effets de la cigarette électronique sur le cœur

Jusqu’à aujourd’hui, aucune étude n’a encore évalué les véritables risques de la cigarette électronique, notamment sur le cœur. Et c’est ce qui a poussé de nombreux chercheurs à faire quelques recherches de leurs côtés. Donc, certaines études ont affirmé que le recours à des substituts nicotiniques minimise de manière considérable les risques cardiovasculaires, en l’occurrence l’infarctus, l’AVC ou accident vasculaire cérébral, et ainsi de suite. Avec la cigarette électronique, d’après certains chercheurs qui ont pris de l’avance sur les études des véritables effets du vapotage, le taux de monoxyde de carbone (C0) présent dans le sang des vapoteurs est extrêmement faible comparé à des fumeurs. Après la prise de cigarette électronique, ce taux de CO chez les vapoteurs demeure très stable alors que chez les fumeurs, il augmente de 15 à 20 % après la consommation d’une cigarette. Du coup, lorsque la quantité de monoxyde de carbone dans le sang est importante, cela peut favoriser le dépôt de cholestérol sur l’athérosclérose ou plus précisément la paroi des artères. D’autre part, on a également constaté que le vapotage ne présente aucun effet sur le fonctionnement du myocarde et aussi sur la pression artérielle diastolique (une légère augmentation de 4%). Alors que chez les fumeurs, le tabac provoque le dysfonctionnement de ce dernier tout en augmentant significativement la pression artérielle, que ce soit systolique ou diastolique, et la fréquence cardiaque. Et même si c’est le cas, les cigarettes électroniques sont quand même contre-indiquées pour les personnes qui souffrent de problèmes cardiovasculaires. Comme déjà susmentionnée, la pression artérielle augmente légèrement en vapotant.

Les effets du vapotage sur le cerveau

Tant que la vapeur de la cigarette électronique ne contient pas de monoxyde de carbone, elle n’a donc pas d’impact sur l’oxygénation du cerveau. Pour ce qui est du risque d’accident vasculaire cérébral associé à l’e-cigarette, ce détail est encore flou jusqu’à aujourd’hui. Mais il y a surement déjà des scientifiques qui sont déjà dessus. Théoriquement, l’effet (s’il existe) ne devrait pas être considérable que celui du tabac, voire nul. En ce qui concerne les néo-fumeurs ou les fumeurs après une longue période d’abstinence, une sorte de shoot cérébral peut se sentir en inhalant la vapeur, et cela peut parfois provoquer des maux de tête ou des nausées pour certains. Cette sensation qui dure environ trente secondes ou moins est bien évidemment due à la présence de nicotine dans l’e-liquide ou à une vapeur qui est trop dense.

On peut devenir dépendant de la cigarette

Tout comme les fumeurs, les vapoteurs peuvent également devenir dépendants de l’e-cigarette, surtout lorsque cette dernière comporte de la nicotine. Bien sûr, cette substance extrêmement addictive ne met que quelques secondes pour arriver au cerveau. Elle peut donc agir rapidement sur le système nerveux pour ensuite provoquer petit à petit une dépendance chez les vapoteurs. Il est dans ce cas normal si l’e-cigarette aide les fumeurs à oublier la cigarette. C’est parce qu’avec une cigarette électronique, ils peuvent se procurer de la même dose de nicotine que celle d’une cigarette afin combler les syndromes de manques et de dépendance au tabac. Mais heureusement, elle n’est pas du tout cancérigène comme certaines gens le pensent.